Pierre Henri-Rousseau artiste peintre

  A sa modeste mesure, l’atelier « les toiles du Matin » se propose d’apporter sa contribution au trésor de l’Art Sacré, en créant des œuvres de composition originale, sur des sujets imposés par la commande ou non. Il le fait en puisant dans la contemplation des œuvres du Créateur, et dans la source d’inspiration toujours vive de la Parole de Dieu, tout en s’enracinant dans le patrimoine artistique des grands maîtres.

  Diplômé de l’école « Atelier de la Renaissance » et d’une licence d’histoire de l’art, Pierre Henri-Rousseau se propose de participer à faire vivre l’art, en particulier l’art chrétien, en composant des œuvres originales, des « fenêtres », comme disait Simone Weil, dont le noble but est d’ouvrir la vue à un autre monde, le monde surnaturel si possible.

  Le climat familial dans lequel il a évolué a nourri sa sensibilité dans le domaine, puisque les tableaux aux chaudes couleurs de Henri Emilien Rousseau, son arrière grand-père qui était peintre orientaliste, ont nourri son regard depuis l’enfance.

  Il porte une grande admiration et une vénération à l’égard du peintre Fra Angelico, béatifié par Jean-Paul II et saint patron des  artistes, dont la vie et la production artistique sont présentées par le saint pape comme une ligne de conduite autant spirituelle que pratique.

L’apprentissage rigoureux des techniques de peintures anciennes, reçu durant ses années à l’Atelier de la Renaissance, à travers la réalisation de copies de primitifs jusqu’à celles des  peintres du XIXème, lui ont permis d’aborder l’enluminure, la tempera, le travail de l’or, les techniques à l’huile primitives, puis les manières flamandes avec usage de médiums spéciaux pour les glacis, la techniques en alla prima, la peinture sur toile, sur panneau de bois ou encore cuivre et parchemin. Il s’est également formé à la technique de la fresque, c’est-à-dire l’art de peindre sur un enduit frais à la chaux, selon les procédés du Quattrocento et de la Renaissance. 

Fidèle à sa formation, il emploie les techniques et les matériaux traditionnels, garants de qualité et de pérennité, et les choisit en fonction du sujet à exprimer et de la destination de l’œuvre : il a l’habitude de privilégier la fresque et la tempera avec dorure à la feuille pour l’art sacré, et l’huile pour les paysages.

Et pour la détente, Pierre Henri-Rousseau s’est formé dans le domaine du dessin d’illustration et de la bande dessinée, de façon majoritairement autodidacte. Il s’est penché en particulier sur le style de la ligne claire, dont l’épuration confère à la légèreté d’un dessin illustratif la fraîcheur saine de la vertu d’eutrapélie…

  • Compositions originales : oser commander une création sur le sujet de son choix, une scène religieuse pour la prière en famille, pour son église, une huile sur toile pour orner les murs de sa maison et la baigner dans l’atmosphère secret du Beau…
  • Fresques : faire des murs d’une église une vaste fenêtre vers le monde surnaturel…